lundi 17 octobre 2016

Marie Martin, cette fille cool - dream catcher modèle 1


Cet été, votre copine Pauline récemment larguée, a décidé de faire une retraite dans votre coin de campagne. Elle s’est dit que ce serait un peu comme des vacances, mais en moins loin, un peu comme le camping, mais en plus confortable, un peu comme la colo, mais en moins programmé. 

En fait, Pauline était un peu comme à l’hôtel, mais en plus chez vous.

Pauline, vous la connaissez depuis 17 ans. Vous avez eu un coup de foudre réciproque ce jour de rentrée en 4eB quand elle vous a demandé si vous n’étiez pas TROP DEG d’être dans la classe de Marie Martin. C'était l'époque où on n'avait pas encore le seum, et où on n'était même pas encore vénèr, pour vous dire combien c'est loin sur l'échelle du langage. 
Vous aviez répondu que si, du coup ça vous a fait un point commun, donc vous ne vous êtes plus jamais quittées.

Marie Martin, c’était cette fille qui déchainait les passions. Elle marchait cool, elle riait cool, elle mangeait cool. Elle était tellement cool que tout le collège savait qui elle était, et qu’elle ne connaissait le nom de personne.  Elle était tellement cool que quand elle a commencé à mettre du fard vert à paillettes sur ses paupières, Yves Rocher s’est retrouvé en rupture de stock. Elle était tellement cool que quand elle a dit un jour qu’elle adorait Lou Béga, c’est devenu l’hymne de la cour de récré.
Elle était tellement cool que même son appareil dentaire lui allait bien.

Vous n’aviez pas de Kickers, pas de walman CD, et pas le droit de vous maquiller. Vous détestiez Marie Martin de près et l’adoriez de loin, et en ce jour béni de rentrée de 4eB, vous aviez enfin trouvé une alliée.

Et ça, ça crée des liens, vous a rappelé Pauline qui finissait son petit dej à 11 :30.
Oui. Mais pas assez pour se taper tout son ménage, lui avez-vous répondu en lui lançant l’éponge.