mardi 13 septembre 2016

Pauline est seule - La loutre et le héron




Pauline est arrivée à la nuit tombée.
Pauline, seule.
Il était un poil trop tard pour que vous sentiez l’embrouille, et pis il faut dire qu’elle avait pris son temps pour arriver, du coup vous aviez déjà quelques rosés d’avance.

« T’es toute seule, t’as lâché ton mec dans la forêt ? »
La question la plus stupide que vous aillez posée depuis que vous avez demandé à votre mère en plein repas de famille si une capote c’était comme un k-way.  Il faut dire que vous aviez 8 ans, et qu’à l’époque, la pub conseillait de sortir couvert, ce qui brouillait les pistes. Mais bon, aujourd’hui, vous en avez 30, et plus vraiment d’excuse pour faire ce genre de gaffe.

Larguer sa copine la veille des vacances, c’est d’une violence ! L’inhumanité du mec, quoi.
C’est pas comme si ça faisait 3 mois que la meuf se préparait mentalement et physiquement à l’épreuve du mois d’août.

Non, parce que là-dessus, vous savez que Pauline et vous êtes sur la même longueur d’ondes. Soyons clair, le corps des autres à la plage, vous n’en avez franchement rien à faire. Vous avez depuis longtemps fait la paix avec votre capital génétique et ne vous imposez plus de comparaisons ridicules avec cette blondasse qui fait la sirène en remuant ses cheveux dorés au sel sur sa peau over-bronzée depuis un bon moment. Mais passer 2 semaines en compagnie de SON PROPRE corps en maillot de bain, ça demande une sacrée préparation mentale. Surtout quand on passe le reste de l’année à crier au scandale du dictat de la beauté en demandant la carte des desserts.

Bref. Pauline venait juste de réussir à envoyer bouler ses complexes et à se faire à l’idée que sa dignité ne tiendrait qu'à une ficelle de bikini pendant 2 semaines, et là, PAF. En plein mois d’août en plus, merci. L’idéal pour déprimer. Tout le monde est parti en vacances EN FAMILLE, et elle, elle se retrouve à zoner toute seule devant une vieille redif de Dolmen. 
Du coup, elle s’est dit qu’elle n’allait quand même pas annuler son weekend chez vous pour ça, et qu’elle allait même en profiter pour faire des trucs qu’elle n’aurait jamais faits avec lui. 

Sur le coup, vous avez appuyé sa décision d’un « mais grave, t’as raison » de circonstance, sans trop savoir où cette résolution allait vous mener. Mais bon, les copines, c’est aussi fait pour ça, répondre des mots d'encouragements à des affirmations absurdes.

Le lendemain, vous avez donc commencé par faire un peu de bricolage avec elle, histoire d’occuper ses mains avec autre chose qu’un verre de vin, parce que vu la chaleur, ça ne l’aurait pas menée bien loin…