mercredi 26 novembre 2014

Bons baisers de Joinville (part 2)





Il y a 2 jours, je vous parlais de mon amour pour le bricolage. 
Mais attention, le Do It Yourself, c’est pas seulement un hobby de mamans branchouilles en mode workshop dans un grand magasin parisien. A la base, c’est underground, baby, et c’est même plutôt un truc de bonhommes (si tu ne me crois pas, regarde ici le Tracks de Arte spécial Maker Faire, tu peux y voirquelques grosses moustaches viriles). Mais, hourrah, c’est pas réservé aux punks à chiens. 
Etre acteur plutôt que consommateur, c’est toute une philosophie de vie qui propose une manière de consommer autrement, et c’est plus ou moins à la portée de chacun, selon ses motivations.

C’est Fais-le toi-même (t’as vu mon anglais impeccable ?), mais c’est aussi être plus proche des fabricants - parce qu’on ne peut quand même pas tout faire tout seul -, et par là j’entends aussi bien le menuisier que la nana qui fabrique des merveilles le soir en rentrant du boulot. Des gens qui fabriquent des choses avec leurs mains ET avec leur cœur.

Vous allez me dire que cette idée, c’est du réchauffé, et que consommer différemment, on peut le faire partout. OUI MAIS figurez-vous que je m’en rends compte seulement maintenant PARCE QUE c’est justement ce qu’on est obligé de faire quand le transport se met à nous coûter plus cher que le meuble qu’on veut acheter.

Avec Si j’avais un pinceau, j’entends donc proposer une manière différente d’aborder l’architecture d’intérieur. Le concept reste classique : offrir des solutions fonctionnelles et esthétiques, adaptées aux besoins, aux envies et au budget de chacun. Mais la mise en œuvre s’adapte, en utilisant, en détournant, en se réappropriant le mobilier déjà présent, et en utilisant au maximum les ressources locales (je parle des artisans, là) avant de compiler les catalogues de produits neufs.
Une manière de se simplifier la vie, de redorer le blason de vos meubles de famille, de faire parfois du bien à l’économie locale, et aussi au passage un petit geste pour la planète. Avec ça, si on devient pas des héros...

Alors, faire des travaux, et les faire BIEN, ça vous tente ?