lundi 26 janvier 2015

Les jardinières cache-misère

Il y a un peu plus d'un an, dégoulinant de sueur et mangeant votre 8e glace à l’eau de la journée dans votre appartement sous les toits, vous avez pris une grande décision.
Chérie, je pense qu’il est temps d’acheter une maison, avec un jardin.

Chérie, elle l’aimait bien son appart. D’une part parce que c’est là que vous avez fait vos premiers pas en couple, puis que vous l’avez demandée en mariage, et puis en plus, 60m², niveau ménage, ça lui convient bien. 

Mais bon, vous avez insisté, vous lui avez parlé de bonhomme de neige en hiver, de fraises au printemps, d’hortensias en été … Bien joué, elle a dit oui.
Mais voilà, arrivé au mois d’août, et il a bien fallu se rendre à l’évidence, Chérie était un peu vénère parce que son terrain (non, ce n’est pas ce qu’on peut appeler un jardin) aurait facilement pu servir de décor à un remake d’Apocalypse Now. On était loin de la terrasse en bois/barbecue/tonnelle que vous lui aviez vendue.
Une semaine avant ses vacances d'été, vous avez décidé de lui faire un petit cadeau et de lui acheter un transat pour la faire patienter. Grand prince, vous l’avez même monté et essayé avant qu’elle ne rentre du boulot. 

Soupir.

Ne nous mentons pas, elle avait raison. Même la bière que vous aviez alors à la main n’a pas réussi à rendre ce paysage de désolation moins… désolant.
Vous avez donc caché votre super cadeau dans l’appentis en attendant de trouver une solution.

On est au mois de janvier, vous venez de réserver votre bungalow au camping des Cigales pour les vacances de pâques, et vous vous dites que la terrasse, ce sera toujours pas pour cet été.

C'est pas grave, j'ai une solution pour vous.



Une rangée de ces jardinières devrait faire un parfait écran à la misère de votre jardin.
Deux, trois coups de râteau, et Chérie pourra bronzer tranquille (un cocktail ça peut être bien vu aussi).